Projet pour le jardin de proximité
"Le jardin de Lyon", à Montréal, 1999 / 2000
(Angle Rue de Berry/ avenue Viger,
anciennement appelé "jardin J. E. Laforce")
conçu en duo avec Guérric Péré / Ilex Paysagistes

Ce projet a été offert par la ville de Lyon à la ville de Montréal.
Montréal a offert symétriquement le projet d'un jardin pour Lyon (Vlan Paysage et Michel Goulet).


"Coccinelle", "Chat" et installation de "l'oiseau",
vus sur le chantier à Montréal (Septembre 2000).

Vvues hivernales (février 2001)

"le serpent-TGV"
(Octobre 2000)

"La Dent"et "Triangle",
vus sur le chantier à Montréal (Septembre 2000).

Octobre 200,
divers angles de vue.

Vue du balcon supérieur vers le "Chateau Viger"
et le centre ville (Octobre 2000)

Vues latérales (Octobre 2000)

"Coccinelle", vue à la fonderie Cuffini à Curson dans la Drôme (Juin 2000).

"l'Oiseau" vue à la fonderie

Le "Jardin de Lyon" vu des toits (Octobre 2000).

Vue simulée du projet (Octobre 1999)

j
o
l
y
k

Parmi les images rapportées de Montréal, celle d’un tapis végétal mélangé de fougères, de bruyères et de graminées, nous proposait les ingrédients d’un tableau couché. Mais pour s’inscrire dans le périmètre hésitant du site il a fallu lui tracer un cadre et le lier à son environnement urbain.
Le mur aveugle du bâtiment de l’Union Française et la rue de Berry font spontanément 2 digues à cette zone. Plutôt que les redoubler, l’effort de structuration s’est développé au sommet de la parcelle (belvédère) et au bas (prolongement de la ligne des petits jardins victoriens qui font traditionnellement tampon entre le trottoir et les habitations).

Sur le tableau allongé dans la pente, une série d’épingles sont alignées par leur sommet selon un plan horizontal qui accompagne le regard du belvédère jusqu’au chateau Viger en direction du centre ville ; ces épingles sont piquées sur le sol végétal (plantes de sous-bois pour cette forêt des signes urbains) comme dans une boîte à papillon.

Les 6 sculptures en bronzes épinglées sont inspirées, avec plus ou moins de décalage, d'un alphabet de signes tracés par les vagabonds.
Cette tradition très vive pendant la crise de 1929 s'est perpétué dans les grandes villes américaines jusqu'à aujourd'hui. Terry Fox (1943 - 2008) en a réalisé le catalogue commenté.